Présentation du projet

 

Pourquoi se projet

Au fil des jours j’ai remarqué que certains jeunes du groupe avaient tendance à se sous estimer, à se dévaloriser et à se comparer en négatif avec les autres. Beaucoup pensent à travers leur handicap et non à travers leurs possibilités.

Or il est précieux dans la vie d’avoir une bonne image de soi. Si nous sommes confiants et sûr de soi n’avons-nous pas plus de portes ouvertes ? Jean Gastaldi, auteur de nombreux ouvrages, disait : « La confiance en soi c’est obtenir déjà plus de la moitié de sa prochaine réussite ».

En partant de ce postulat il me semblait intéressant de travailler autour de la notion d’estime de soi avec les jeunes. Après avoir partagé cette observation et cette idée d’atelier avec mes collègues je le suis mise au travail et j’ai créé un atelier nommé Estime de soi.

 

Pour créer, penser et mettre en place le projet je me suis aidée du guide théorique et recueil d'activités "Quand les tout-petits apprennent à s'estimer..." de Germain Duclos.

 

Déroulement de l’atelier 

Pour permettre à un maximum de jeunes de participer à l’atelier tout en restant dans un travail de petit groupe, nous avons formé deux groupes de quatre jeunes. Chaque groupe participe à deux séances de 1 heure par mois.

 

Objectifs

Avant de pouvoir s’estimer et s’accepter il faut d’abord se connaître. De ce fait l’objectif central de cette année est d’apprendre à se connaitre ; savoir qui je suis.

En découle un travail sur l’acceptation de sa personne. Reconnaître ses difficultés et parvenir à composer avec.

Nous allons également aborder la différence à l’autre.

Voici les objectifs de cette année :

-          Apprendre à se connaître

-          Apprendre à contourner ses peurs, ses difficultés

-          Accepter ses erreurs 

-          Différencier les quatre émotions suivantes : joie, peur, colère et tristesse

-          Reconnaître l’autre dans ses différences

 

Pour répondre à ses objectifs  nous allons axer le travail sur la relaxation et l’écoute de son corps, sur l’écoute de ses ressentis et l’exploration de ses émotions. Tout au long de l’atelier je mettrais un point d’honneur à se que chacun valorise ses qualités et ses capacités.

 

Évaluation

Je ferais un bilan intermédiaire afin de pouvoir ajuster le projet si nécessaire. L’évaluation finale du projet se fera à la fin de l’année scolaire courant juillet.

 

A la fin de l’année je proposerais aux jeunes lors d’une séance de faire un bilan afin de récolter leurs impressions et leurs avis.

Dans un premier temps j’évaluerais les objectifs par le biais de ce bilan et par le biais de mes observations et prises de notes.

Puis j’évaluerais la qualité de la démarche, la cohérence et la faisabilité du projet afin de déterminer des perspectives d’amélioration.

  

 

 

Contenu de chaque séance

Le rituel de début de séance 

Il est souvent difficile pour les jeunes de se concentrer en début de séance. C'est pourquoi j'ai mis en place un rituel de début de séance qui permet à chacun de se centrer sur soi et d'être attentif. 

Pour cet atelier, le rituel est la météo du jour. Sauf que, vu le thème de l'atelier, on ne parle pas de la météo extérieure mais de la météo intérieure. Je m'explique.

Sur une sorte de frise sont représentée 5 états/émotions : joie, tristesse, colère, peur, fatigue. Il est possible d'en faire plus ou moins, à adapter selon le groupe. Quand l'atelier commence, les jeunes, à tours de rôle, disent dans quel état ils se situent et essayent de l'argumenter. Ils mettent alors leur photo sur l'image qui correspond. La plupart du temps je participe avec eux. Cela leur permet de voir que tout le monde peut être à un moment fatigué ou en colère, même les adultes ! 

 

Retours : Je me rends compte que la frise n'est peut-être pas l'outil le plus ludique. Ils ne peuvent pas le manipuler, en prendre possession... Peut-être serait-il plus intéressant que chacun ait son propre outil. Pourquoi pas proposer lors de la première séance que chacun dessine les différents états et les garde d'une séance à l'autre ? Ainsi, comme un jeu de cartes, ils pourront choisir la carte qui les défini les plus au début de l'atelier. 

 

 

Séance 1 

La première séance consiste à relever des informations concernant son identité (sexe, age...) et à voir ce que j'aime ou ce que je n'aime pas.

Pour ce faire remplir tous ensemble, étape par étable la fiche de présentation personnelle. Il est intéressant d'utiliser un miroir pour que chacun puisse regarder ses yeux, ses cheveux... 

 

Dans un second temps prendre la fiche J'aime J'aime pas : une personne du groupe choisit une image et la nomme. Chaque jeune dit s'il aime ou s'il n'aime pas à voix et essaye d'argumenter. A la fin de séance il est amusant de comparer sa feuille avec celle des autres. 

 

Retours sur séance : Les jeunes se sont pris au jeu. Ils se sont amusés à comparer leur taille en faisant une file indienne. Pour la fiche 'j'aime j'aime pas' ils n'ont pas eu le réflexe de comparer leurs réponses à celles des autres. Mais une fois que je leur ai insufflé l'idée ils y ont prêter plus d'attention ce qui a occasionner quelques questions.

Certains ont eu des difficultés à différencier nom et prénom.  


 

 

 

Séance 2 : Mon arbre généalogique

Durant cette séance chaque jeune va créer son arbre généalogique. Avec ce groupe je suis restée dans la famille proche : maman, papa, frères et sœurs(voir fiches). Pour les jeunes qui sont en famille d'accueil j'ai rajouté des cases "tonton" et "tatie".  En créant l'atelier je me suis dit qu'il était important de faire un point sur la famille. De la sorte le jeune peut se situer dans son contexte familiale.

 

Au début de la séance expliquer l'exercice aux jeunes. Leur demander de trouver la case "moi" et les inviter à incsrire leur prénom et à se dessiner. Passer ensuite à la case "maman" avec le même procédé et la case "papa". Pour rajouter des frères et sœurs demander aux jeunes de découper les cases nécessaires et de les rajouter sur l'arbre. Selon le niveau de chaque jeune on peut leur demander de se replacer dans la fratrie selon leur âge, ce qui permet de travailler autour de la notion plus grand que, plus petit que.

 

Retours : Cette séance était intéressante. Elle a créé des débats sur la famille. Qui est qui ? Quelle est la différence entre ma sœur et ma demie sœur ? Comment s'écrit le prénom de maman ? 

Il était intéressant de constater que certains jeunes ne connaissaient pas le prénom de leur papa ou de leur maman. 

 


 

 

Séance 3 : C'est quoi le bonheur

Commencer la séance par une discussion autour du Bonheur.

-C'est quoi le bonheur ? 

- Qu'est-ce qui peu rendre heureux ?

- Est-ce qu'on ressent du bonheur à tous les moments ?

- Ce qui rend heureux est-il la même chose pour tout le monde ? etc.

Suite à la discussion demander à chaque jeune de dire ce qu'est le bonheur pour lui. Qu'est-ce qu'il aime faire par-dessus tout ? Si la personne a plusieurs réponses accepter toutes les réponses. Les bonheur ne se limite pas à une chose ! Écrire leurs réponses.

Une fois que tout le monde s'est exprimé écrire les différents termes sur une grande feuille A3 où est écrit au centre "Le Bonheur" et demander aux personnes d'illustrer leurs propos par des dessins. 

A la fin de la séance regarder l'oeuvre commune et prendre un temps pour parler des dessins de chacun.

 

Retours : La notion de bonheur n'est pas évidente, ce n'est pas un terme courant. La plupart des jeunes n'arrivait pas à le définir. C'était donc intéressant de la travailler avec eux. 

J'ai photographié le résultat final pour que chacun puisse avoir une photo du tableau dans leur classeur, ce qui laisse une trace de leur travail.